Off we go! / C’est parti!

19 01 2010

As of today we will be volunteering in a biodynamic permacultural farm in Colombia called ‘Gabeno’, not far from Tenjo. In a nutshell, biodynamic agriculture considers a farm as a living organism. It puts a strong emphasis in the conservation of the quality of the soil. The key is to seek a balance between all forces acting on growth and development: soil, sun, water, nutrients and more subtle factors such as the influence of the cosmos. Described as “homeopathy for agriculture”, we are very excited about learning its principles and sharing our discoveries with you!


Even though we won’t have lots of time to spend online, updating the blog is one of our priorities. Please leave us a comment (or two) and we will get back to you when possible.

Also, if you share our interests in alternative ways of living and earth-conscious techniques remember to subscribe so you get notified of further posts.

Thanks for reading, thanks for being, thank you for believing!

Write to you soon,

lisa and juan : )

 

Take it further!

To learn more about biodynamic agriculture go to: http://www.biodynamics.com/biodynamics.html  

To learn about Rudolf Steiner, considered as the father of anthroposophy and biodynamics go to: http://www.rudolfsteinerweb.com/

 

——————————

A partir d’aujourd’hui nous allons séjourner à ‘Gabeno’, une ferme en Colombie près de Tenjo qui travaille la permaculture avec une approche biodynamique. Pour la biodynamique, la ferme est un organisme vivant et son principe de base est de préserver, voire améliorer, la qualité des sols. Pour ce faire, il est essentiel de maintenir une harmonie entre toutes les forces qui agissent sur la croissance et le développement des êtres vivants, y compris les plantes. Nous considérons comme forces la terre, le soleil, l’eau, les nutriments, ainsi que des facteurs plus subtils tel que l’influence des astres. Décrite comme “l’homéopathie de l’agriculture”, la biodynamique nous intéresse énormément et nous sommes très heureux d’apprendre ses principes et de les partager avec vous.

Bien que nous ayons peu de temps pour être en ligne, une de nos priorités est la mise à jour de ce blog, notre fenêtre virtuelle sur le monde. Veuillez nous faire part de vos commentaires auxquels nous répondrons avec plaisir dès que possible.

Par ailleurs, si vous partagez nos intérêts, abonnez-vous pour recevoir des courriels lorsqu’un nouvel article sera publié.

Merci de nous lire, merci d’être, merci d’y croire!

A bientôt,

lisa et juan : )

 

Allez plus loin!

Pour apprendre plus sur l’agriculture biodynamique visiter : www.bio-dynamie.org/presentaion-agriculture-biodynamique/definition-agri-biodynamique.htm

Pour apprendre plus sur Rudolf Steiner, considéré le père de l’anthroposophie et de l’agriculture biodynamique vister : http://www.ecolesteiner.free.fr/bio.html

Advertisements




DoGood: Good ads, good mood

17 01 2010

"Everyday I wash my brain with ads" (source: Brigade Anti Pub)

The advertisement industry bombards us everyday with thousands of messages. Ads want us to buy, to try, and sometimes make us cry.

While we cannot say exactly how many ads we see a day, we estimate that for an average American the range is between 400 and 3000 ads (sources: click here). We didn’t find a statistic for the number of ads we see online but it’s clear this reality does not exclude the world-wide web. Think about how may advertisements we see while checking our inbox? Or how common it is to see ads on our favorite websites?

Whether we want it or not, we are permanently adding all kinds of information into our brains. Usually that information is relatively unnecessary for us as individuals. Their goal is to associate a product with an emotion or feeling. For example, cars have been associated with power and freedom the same way shampoo has been associated with happiness. Ads are made to create a need, and feed us the illusion that by purchasing a product we will be happier. According to this, it is hard to imagine they can make us better people. Until now. 

Thanks to a motivated group of individuals trying to do good, we now have an alternative to all those generic messages. They have developed a plug-in application called DoGood that automatically changes the generic ads into positive and inspiring ones. DoGood also contributes financially to charitable organisations giving them 50% of their profits. Sounds good? It’s even better! According to their blog, firefox users can submit their own ‘good ideas’ and the team “will be regularly updating the good ideas being viewed each day”.  

Their slogan “See Good. Do Better” clearly reflects the importance of what we feed our minds with.  

They got it, now it’s your time to get it!

 

Take it further!

To download the DoGooder browser plug-in click here

To learn about other forms of advertisement activism visit these websites: Ads Monkey or the anti-advertisement agency   

Any ideas or thoughts? Your comments are welcome : ) 

 





Plastic World

15 01 2010

Everyday our lifestyle produces tons of waste. We consume unnecessary things, sometimes unwillingly, such as free-trials of many sorts, informative flyers, and lots of packaging. Have you ever opened a bag, that was in a box, that was in another box protected by plastic paper that you brought home in a shopping bag? We all have, then we all know what this is about.

Ideally, this should not exist, but it does. Sometimes, we can give this waste a second life. In other cases, just as many other types of unrecyclable waste, it ends up polluting our environment. Indeed, it’s been around 10 years that our wonderful planet has a “7th continent”, made out of plastic… This post is about reality and how to change it!

Here’s some things we can do:

First, avoid!

Avoid unnecessary plastic and any other material. Everyday we get lots of it: shiny business cards, plastified flyers, shopping bags, extra shopping bags, bottles, tetra-bricks, coffee cups… You name it. Most of the time we know these things will end-up as waste. The easiest thing to do is to say “no, thanks” and/or have your own alternative. Also, when shopping, look for big sized-containers or ideally buy in bulk. Some stores allow you to bring your own containers in order to buy all kinds of things: nuts, dried-fruit, cereals, rice, beans, herbs, soap and shampoo, etc. According to wasteonline, a UK-based organisation, 35% of the plastic used is for packaging (source: click link).

Second, replace.

Make it a point to always have an alternative with you, in your school bag, in your purse, or in your vehicle. If you are a coffee drinker, get a reusable mug. If you drink lots of water, get a water bottle you can refill anywhere. When going shopping bring your own bags, hopefully made out of long-lasting materials (ideally natural fibers). When offered a bag, you’ll be able to smile and say “thanks, I’ve got one already”.

Buying in bulk also allows you to replace unnecessary wrappings and containers by bringing your own. This is a tendency that is starting. By increasing demand, we encourage it. In Spain, milk producers have ‘gone back to the future’ by installing milk vending machines in gas-stations, allowing people to bring their own bottles and buy their milk straight from the producers. Other countries have followed, like Slovenia offering raw milk!

Third: reuse.

In a previous post about aldeafeliz, we commented on a technique that consists in filling-up plastic bottles with all kinds unrecyclable waste (plastic that is not recyclable in your city, cellophane, styrofoam, already-used adhesive tape, bags that can’t be reused, etc). In some communities, people use these bottles as bricks to build houses, schools and many other structures.

Again, if you buy in bulk, you can use and reuse your containers. Do the math: if you buy detergent every two weeks, that means by buying it in bulk (and reusing the container) you’d be saving 26 plastic containers a year. Think of it as a way of living and you’ll see the enormous impact one has over the environment. As a general rule, before putting away any waste, ask yourself what can be done with it. Can I use it for the same purpose it’s already been used? Can I use it for something else? The key is to be creative!

As a last resort: recycle.

Recycling is an important step in taking action, yet is far from being the best solution to our over-consumption problem. Socially, it is very easy to feel satisfied thinking we are improving our environment, when in reality we are not doing so much. In fact, recycling often requires considerable amounts of energy and is not free from toxic by-products. But hey, companies are running out of raw materials, they need our help to keep producing!

The more we think about it, the more it seems that buying stuff in bulk is a pretty efficient way to reduce the amount of waste we put into the environment. Given the amount of people living on this planet, if we want to keep on satisfying our needs from trade this is the next step. It requires a little extra responsibility, that is true. But don’t we owe it to our future? To our children? To our planet, our home? We think we do.

Take it personal!

We have reached a point where it’s crucial to be very conscious of our individual influence and impact on the world. We have been the ones polluting our eco-system by over-consuming all sorts of goods. We are the ones that can make a difference. Being responsible (response-able) regarding our consuming habits involves paying attention to our everyday actions. Why is that important? Because we do it every day!

We want all of us to become conscious and responsible of our consuming habits. It’s time to become actors in making this world cleaner and nicer. Let’s take that extra time to find a store where we can buy our goods with less packaging!

We are looking forward to hearing from you!

Please share your comments or ideas on how to reduce our impact on the planet 🙂

Take it further:

To get inspired and start transforming your plastic waste into usefull items check out these links:

http://earth911.com/blog/2009/08/31/8-ways-whys-to-reuse-plastic/

http://www.associatedcontent.com/article/368582/reusing_plastic_bags_ideas_for_the.html

To learn more about plastic, the different types and the impact on the world go to: http://www.wasteonline.org.uk

To learn more about the plastic continent go to: http://www.dailygalaxy.com/my_weblog/2007/12/are-there-reall.html

To see an example of building with plastic bottles in Guatemala click here





Aldeafeliz, Colombia

31 12 2009

Aldeafeliz is an eco-village, located one and a half hours away from Bogota. Surprisingly, the climate changes drastically between the big city and this flourishing community, allowing its members to enjoy a warm tropical weather and a significant range of home-grown fruits and veggies. Aldeafeliz translates to “Happy Village” making a clear statement about the community´s goal. All of its members come from Bogota, where they were seeking a solution to the stressful and less fulfilling life in the city. As one them says: “We were all computer junkies, trying to save the world behind a computer screen.”

 

General Context

“The project started online, says Silvio, there were about a hundred interested individuals attending meetings and contributing towards the idea. Once the time came to put some money together and buy the land only a quarter of them were left!”

The three-year-old community established itself in three and a half hectares (35 000 m²) of land and counts with nine members, eight tortugas and one aspirant. Amongst the many natural benefits, it is important to mention the clear waters of the San Miguel river, the delicate balance between sun and rain and the rich native biodiversity.

The land is owned by thirty people, or associates, eight of them live there (the tortugas) and the rest keep close ties with the community and are called escarabajos. According to Julian, one of the founding members, these categories were born in the spirit of making it easy to understand who we are taking about. Through time, more categories were created, such as colibries who contribute with knowledge, and libelulas who donate funds and goods or volunteer with time and energy. Hopefully these categories won´t create too much of a difference between people and will be used only in order to better understand ourselves. 

To become a tortuga one has to go through specific stages. First, one is encouraged to spend a minimum of two weeks as a volunteer, fully participating in the community´s life. This period is both for the volunteer and the community to get to know each other and see if they are compatible. If everything works out, and the aspirant is still interested in living in Aldeafeliz, the community has a meeting and decides whether they wish the aspirant to stay with them or not. If yes, the aspirant begins a one-and-a-half-year trial period, living in a tent (as in the picture). Once officially accepted as a resident, one has to pay for the land and the right to build his own eco-house (25 m² per person). Considering all common areas (kitchen, bathrooms, shower, office, etc) the established surface is more than enough. They are limited by the law to build only six houses. So they have come up with the idea of making six “neighbourhoods” or residential units as they call them, all connected through shared spaces, such as a dry toilet or a vegetable garden. That way they respect the legislation and are able to accomodate enough people to build a strong community. Currently, their maximum capacity is set to eighteen people, with possibilities of expanding themselves by buying more land nearby.

 

Everyday life

Everyday life is divided between community work and personal time. Mornings start at 8 am with breakfast. Then, all members spend some time cleaning the common areas and making sure everything is in its place, what they call “karma yoga”. Next, they take care of their weekly tasks and daily chores until 1 pm when lunch is served. The afternoon is dedicated to personal time, yet some will choose to keep on working for the community. As they all come from the city and are currently at a learning stage regarding agricultural work, it is common to see Don Pedro in the fields. He´s been hired to help them with the physical work and is regularly trained on permacultural procedures by the community. Their goal is to be able to take care of the land on their own.

Most of the members telework from the office located in the aldea while others actually work in the city. But all of them need to go to Bogota quite often making it pretty complex to keep a schedule and make sure things get done. So they came up with the role of “Captain Planet”. Each month, one person is chosen to assign roles and tasks for all the members of the community. Until now, it is the best way they have found for making things work, they say. Some tasks change weekly like taking care of the chickens or managing the water system. Other chores change every day: cooking, dishwashing and cleaning the toilets. 

We´d like to comment on the efficiency of their dishwashing system. They use three basins full of water. The first one is for washing with their home-made soap, the second one is for taking off the soap, and the last one has lemon in it and is used for a final rinse. Only the first basin, the dirtiest one, is completely emptied and washed and becomes the third one, the cleanest. This process is done after every meal and assures that a minimum amount of water is thrown away by rotating the position of the basins. Quality and availability of water is a main concern in a community that wishes to live sustainably and respecting the Earth.

Aldeafeliz benefits from a river, a lake and rainwater making the community privileged in this sense. John, a Canadian volunteer we met over there, was in charge of developing their water management system. He´s been there for the past six months and his work consisted mainly in establishing a list of priorities regarding the community´s vision of water. But he was also developing a water filter to stop using gas in order to boil water and a solar-heating prototype to make warm water accessible for showers without the need of electricity. His focus was energetical self-sufficiency. “The community has everything it needs to make its own electricity and even sell the surplus back to the grid”, he said.       

Amongst other projects, they are currently building a maloka, a space for sharing amerindian knowledge and traditions that will benefit the community and its bioregion. To discuss ongoing and future projects, weekly meetings are held and assure that all members share a clear vision of their development. They also have a weekly circulo de palabra to share their feelings and let others know about personal issues. This common practice in this type of communities is seen as a time for intimacy that generates brotherhood amongst the members. They say that “in the circulos de palabra one speaks from the heart, while in the planning meetings one uses its mind”.

 

Impact on the bioregion

By bioregion we understand the naturally defined geographical area, including San Franciso, the nearby village as a main actor. Aldeafeliz´s mission statement is “to be a school for community life and for a holistic development, where voluntary work and the desire to share lovingly with nature and other people allows the expression of our inner source of peace, love and creativity” (free translation by the author). 

We can identify three major aspects in which this community wishes to influence the bioregion and all visitors:

1) Cultural & Spiritual Influence:

  • The aldea is an open space, welcoming all to experience and learn about alternative ways of living. We were there when a neighbour from San Francisco came to visit and was positively inspired by their progress.
  • Counting with three generations, Aldeafeliz is an example of respect towards individuals of all ages. All members are supported by the community. The elders´ participation is welcome and their wisdom is taken into consideration. Pregnant mothers are supported and advised, respecting their needs. For the new-born, growing in a peaceful atmosphere with vegetation and clean air to breathe is a true gift considering the current circumstances in most cities. 
  • The maloka, once finished, will also be used to host amerindian rituals that will be accessible to all and specially to neighbours.
  • The community is known in the surroundings and villagers respect and appreciate their presence. They think of them as happy people who play music every night! This was told to us while trying to get there.   

2) Environmental Influence:

  • Their home-made soap is made out of recycled oil that they get from the restaurants near the village. This reduces the amount of waste of this otherwise polluting substance (1 drop of oil contaminates 25 liters of water, source: H2O, Oxfam-Quebec). It is important to mention that even though the soap they fabricate is less polluting than commercial alternatives, it contains caustic soda which they are trying to replace by natural compounds. Also, the instructions to make your own home-made soap are available in the website.
  • For each automobile they have in the village a specific number of trees must be planted every year in order to neutralise their emission of carbon dioxide (learn more).
  • Descriptions, pictures and professional 3-D designs of the eco-houses are available in their website, allowing interested individuals to learn form their experience.
  • In the nearby forest, they have put wooden signs to encourage the respect and love towards nature.

 3) Economical Influence:  

  • By giving work to Don Pedro and the other workers that help with the construction of their houses they generate work and create links with the villagers.
  • The coffee beans collected in the aldea are processed and packed by a family company living in San Francisco, thus contributing to their economic well-being.
  • As a source of ecotourism the aldea attracts many visitors that have an impact on the economy of San Francisco.

All in all, it is clear that by just existing this community shows that there are alternatives to our mainstream way of living: be it the way they wash their dishes, the dry toilets they use, the products they sell  in their shop, etc. By visiting this place, one is invited to re-think its current habits and own life in general. 

 

Our involvement

While we were there, they were having a minga de aseo. Which means everyone was needed for a major clean-up of the common areas. “Thanks to the mice, we have finally done a task we´ve been delaying for ever!”, says one of them with a smile. In a very holistic approach and looking at it symbolically, their close relationship with nature made them realize that instead of eliminating the mice that had appeared in the office by killing them, maybe the mice were there as a sign of neglect. Thus, they decided to go through and sort all the things they had been accumulating in the past three years. We were there to help them out, on top of contributing to everyday chores: cooking, dishwashing, and cleaning of toilets. 

By helping them, we learnt the importance of choosing what items are welcome or not in an eco-village like this. Because of its location and the close ties to the city, it’s very easy for things to come into the community either brought by members thinking it´s needed or left by visitors. The result is a large amount of things that have no owner and are not really needed by anyone. An extreme example of this situation is a bunch of roof tiles someone accepted as a gift thinking they could be useful. It turned out these roof tiles are full of asbestos, and they don´t know what to do with them now. We suggested that every time a member wants to bring something into the community, there should be some sort of “circle of acceptance” and the community as a whole should give its approval. To some extent everything can be useful, the question is: what is really needed? As for the stuff already in, lots of clothing was washed and put together to be donated to San Francisco, the main village nearby. Most of the unused electronic equipment was not working, so it was discarded as waste and taken to Bogota. Paper, glass and metal are somewhat easy to be sold, so they were kept aside, but plastic is not. Their answer to plastic waste and all other waste that cannot be recycled or reused is to be put in a plastic bottle and compressed. They call it “relleno sanitario” which means sanitary fill. Once full, these bottles can be used for construction, replacing bricks. They have great insulation properties for noise and temperature! It´s true that not everything fits in a plastic bottle, and it´d be better not to have any waste that can´t be treated, but this imaginative idea gives a second and useful life to otherwise polluting garbage. 

Besides the minga de aseo we also participated in making granola, one of their best-selling products. The process consists in taking the moist out of oat, corn, barley and wheat mills so that the product doesn´t rot. Then we had to mix it all together, add sesame seeds, nuts, peanuts and raisins without forgetting the secret touch! We also helped Vincent making some wooden boxes to protect the merchandise and learnt how to build them.

All in all, it was a great experience and turned out to be the best place to start our journey in Latin America. Being very talented with computers, the community has taken the role of networking with other eco-villages in Colombia and the Continent. For instance, they have launched and manage the website for all eco-aldeas in the country (ecoaldeasdecolombia.org) and actively participate in the yearly event called El llamado de la montaña, where members and enthusiasts of alternative forms of living come together to share their experiences and set common goals for the year to come. This year, the gathering will take place in El Retoño, a natural reserve which was our second destination.

 

Conclusion

This young eco-village has lots of potential in becoming very close to self-sustainability. For now, their major challenge is to start working the land and implementing a serious permacultural production for their own consumption. It is important to mention the priority for now seems to be the production of goods for selling. “We are selling a way of life”, says one of the members in a meeting we attended. Indeed, Aldeafeliz has it in its mission statement to be  “a school for community living” and uses the shop and the selling of their carefully and lovingly produced goods to achieve that mission. They want their customers to think differently about their consumption habits by consuming different goods in a different way. For example, they want their loyal customers to keep and give back their empty pots of jam in order to be refilled instead of just throwing them away once finished. A beautiful project, yet we find it a bit dangerous to focus too much on the shop and the selling of goods. We hope they keep a balance between the commercial activity and the fulfillment of their own needs. 

So thanks again for all the info and the great times we had at Aldeafeliz. One thing we forgot to mention is that these people do actually look happy!

¡Adelante y gracias aldeafelicianos!    

   

Take it further:

To learn more about Aldeafeliz visit: www.aldeafeliz.org 

To learn about Colombia´s network of eco-villages go to: www.ecoaldeasdecolombia.org

To learn about construction with plastic bottles go to: http://www.basurillas.org/construccion-a-partir-de-botellas-de-plastico-pura-vida/





Colombie : premières impressions

8 12 2009

Un proverbe dit que l’herbe est souvent plus verte chez le voisin. Peut-être. Pour Lisa, une chose est sûre : l’herbe est plus verte en Colombie! Ou plus exactement, tout est plus vert en Colombie! 

Nous avons quitté le Sud de la France et le Nord de l’Espagne, nous avons laissé derrière nous le climat mediterrannéen et plusieurs, plusieurs, plusieurs heures plus tard, nous voilà à Bogota! Altitude: 2600 mètres. Un bagage en moins, resté quelque part entre Barcelone et Paris, nous sommes accueillis chaleureusement par le père de Juan, sa femme Margarita et leur petite fille Daniela, alias hermanita.

De Bogota, nous n’avons vu que la sortie de l’aéroport, avant de nous diriger vers Cota, un petit village près de la capitale. Par la vitre de la voiture, nous observons les gens qui s’agitent.  Première impression : tout semble plus brouillon, moins ordonné, plus vivant. Un très bel exemple de chaos organisé. Des bruits de klaxons, des gens qui vendent toutes sortes de fruits que Lisa ne saurait pas encore nommer, un cheval qui tire une charrette pleine de coriandre, des enfants qui jouent dans la rue, de la musique qui s’échappe des postes de radio, des vaches sur le bord des routes, des poules dans les jardins, des chiens partout dans les rues. Tout un tableau.

La première semaine, nous la passons à Cota. Nous faisons connaissance avec cette famille que Juan n’a pas vue depuis 3 ans.  Pendant la fin de semaine, nous allons à Chia, une ville voisine, pour faire quelques courses. En chemin, nous saluons les hommes qui, postés sur le bord de la route, agitent frénétiquement leurs drapeaux rouges pour attirer les clients dans leur restaurant. 

Une fois à Chia, Lisa découvre alors le plus beau marché de fruits et de légumes qu’elle ait jamais vu.

Des rangées et des rangées de fruits et de légumes de toutes les couleurs.  Granadillas, guanabana, pitalla, curuba, feijoa, tomate de arbol, mangostino, vous connaissez? Un émerveillement garanti pour des papilles gustatives étrangères à tout cela! Ajoutons ananas, mangues de toutes les tailles, papayes, guayaves, oranges, bananes, plantains, mmm. Autant de fruits qui, ici, n’ont rien d’exotique. Sans oublier le manioc (yuca), une délicieuse alternative à la traditionnelle pomme de terre.

Nous sommes donc deux végétaliens satisfaits, même si certains aliments ainsi que les classiques laits végétaux sont très difficiles à trouver ici (ce qui est en soi assez compréhensible dans un pays où les vaches font tellement partie du paysage).

C’est principalement à vélo que l’on découvre peu à peu les alentours: des champs plus verts que verts, des vaches, des fermes, des petits magasins, une route sur laquelle on a intérêt à bien garder la droite si l’on veut rester en vie, une vue sur les montagnes, des superbes couchers de soleil. Il faut malgré tout rester bien attentif et anticiper les nombreux dos d’ânes. Anecdote: comment appelle-t-on un dos d’âne en Colombie…? Policía acostado, ce qui signifie policier allongé 🙂 Lisa dit avoir l’impression que sa vue a changé qu’on lui a enlevé plusieurs filtres pour lui permettre de distinguer plus clairement ce qui nous entoure. Les couleurs sont tellement intenses, vibrantes! Elle est constamment en train de s’émerveiller devant la végétation qu’elle découvre ici. Il faut voir la taille des feuilles! Pour Juan, rien de plus normal, c’est ailleurs que les couleurs semblent plus ternes.

Un beau jour, nous quittons Cota pour visiter un peu Bogota. Nous y rejoignons Kathy, une amie d’enfance de Lisa, qui est là pour quelques jours. Nous prenons notre courage à deux mains pour affronter la ville. Il faut dire que depuis notre aventure avec les guerriers de l’arc-en-ciel, les (bien que brefs) séjours en ville nous demandent beaucoup d’énergie. Nous voilà donc sur le bord de la route, tentant de lire les destinations des autobus. Ici, les arrêts d’autobus sont inexistants, les futurs passagers font un signe de la main au chauffeur et se dépêchent de monter pendant les quelques secondes qui leur sont accordées. Pendant le trajet, Lisa évite de parler. En effet, elle a l’avantage de pouvoir passer pour une Colombienne si elle ne laisse pas son accent la trahir, ce qui est toujours mieux pour éviter une soudaine hausse des prix. Nous descendons et prenons un autre autobus pour nous déplacer dans Bogota. En attendant Kathy, nous observons à loisir ce qui nous entoure. Nous sommes dans un quartier assez jeune, la Candelaria. Des gens de tous les styles vestimentaires se promènent dans les rues, comme dans n’importe quelle ville que nous ayons vue jusqu’ici. Par contre, Bogota est certainement celle dans laquelle il est le plus facile de téléphoner. Un peu partout, des gens sont postés, plusieurs téléphones cellulaires attachés au bout d’une corde, ainsi qu’un petit panneau indiquant le coût de l’appel (200 pesos). Des cabines téléphoniques humaines. Il fallait y penser!  Nous nous amusons à imaginer comment tout cela a commencé, la première personne qui a eu l’idée de génie et les nombreuses autres qui l’ont imitée dans l’heure qui suivait…

Nous nous promenons dans les rues, dégustons un jus de fruits délicieux dans un petit café où les écrans plats contrastent avec les peintures indigènes. Nous finissons la soirée en écoutant un concert dans la rue. Les policiers sont au rendez-vous, il faut dire qu’ils sont partout, ils sont encore plus nombreux que les hommes téléphones, dans les villes comme à la campagne. Il n’est pas rare de voir des postes de contrôle et des barrages militaires. Mesures mises en place par le gouvernement pour sécuriser le pays. À quel prix? Certains diront celui de la liberté. Mais, pour éviter de nous perdre dans une discussion politique, revenons au concert. La musique est rythmée, engagée, il s’agit d’une chanson en espagnol qui s’oppose à l’influence des États-Unis et de cette culture qui tente de s’imposer comme étant supérieure à toutes les autres. Le chanteur répète en boucle ”U.S.A. te usa como una cualquiera” et invite les Colombiens à s’affirmer, à ne pas se laisser utiliser. Il est vrai que la Colombie est extrêmement riche en ressources de toutes sortes et que les États-Unis y effectuent un pillage dans les règles de l’art moderne. La foule s’agite, s’enflamme, une légère brise de révolution souffle. Puis, la chanson se termine, le chanteur annonce la dernière de la soirée et entonne la très connue ”Hit the road Jack”. La foule est satisfaite et se met à danser en entonnant les paroles que chacun connait par coeur, les uns rajustant leur veste Nike, les autres rattachant les lacets de leurs chaussures Addidas (cette description se veut caricaturale mais n’est pas si éloignée de la réalité)… Juan n’en revient pas. Personne ne semble remarquer l’ironie de la scène. La chanson se termine, nous disons au revoir et rentrons nous coucher.

Par la suite, les journées en ville restent très peu nombreuses.  Nous profitons de l´une d´elles pour visiter le Musée de l´or. Nous y découvrons une collection impressionnante d´objets qui furent un jour fabriqués et utilisés par les civilisations précolombiennes de la cordillère des Andes. Ce qui s´offre à nos yeux admiratifs ne représente qu´un infime pourcentage de tout ce qui s´est un jour trouvé sur ces terres. Le reste se trouve aujourd´hui certainement dans les coffres-forts des banques européennes. A travers cette exposition, nous ne pouvons qu´entrevoir légèrement et avec un profond respect le quotidien de ces peuples indigènes qui vivaient en harmonie avec  la Terre Mère.

Un – Uni – Unité





“Marche ton rêve”, tisser une tribu au fil des jours…

1 12 2009

Il y a quelques jours, nous avons publié un article à propos de “Marche ton rêve”, une marche solidaire de neuf semaines à laquelle nous avons participé. Le défi : tisser au fil des jours une tribu colorée qui marche et oeuvre d’éco-lieu en éco-lieu. A travers ce texte poétique, Lisa a voulu partager les valeurs à la base de cette expérience. Bonne marche!

Marche ton rêve

Chacun est invité à se libérer de son quotidien, de ses préjugés, de ses habitudes,
Des objets qui l’empêchent de marcher librement.
Chacun est invité à prendre conscience des vibrations qu’il émet.
Chacun est invité à choisir sa couleur et à l’exprimer.
Chacun est invité à se rappeler que tout est possible, que tous les rêves sont permis,
Que chaque seconde peut être l’opportunité que l’on attendait pour concrétiser
L’utopie.

Tous ensemble, nous sommes l’arc-en-ciel.

Marcher pour revenir à un rythme de vie plus humain.
Marcher pour se libérer des illusions qui peuplent notre quotidien.
Marcher pour se libérer du matériel qui nous encombre et nous retient.
Marcher pour savourer les fruits que nous offre le chemin.
Marcher pour se libérer des préoccupations superficielles qui occultent l’essentiel.
Marcher pour inventer une réalité qui nous fait vibrer.
Marcher pour s’offrir pleinement aux synchronicités.
Marcher pour réapprendre à apprécier l’effort.
Marcher pour vivre pleinement l’instant présent.
Marcher pour affronter ses peurs.
Marcher pour se livrer aux éléments.
Marcher pour que notre rêve se précise.

Par nous-mêmes.

Marcher.
Un pas après l’autre.
Écouter le va-et-vient des pensées qui se nettoient.
Marcher pour réapprendre à penser,

Par soi-même.

Une aventure humaine authentique.
Les masques, s’il y en a, tombent vite.
Chacun se retrouve face à lui-même, sans artifices.
Face à ses forces. Face à ses failles.

Sur la marche, l’Autre est le seul miroir disponible.
L’Autre met en lumière nos qualités et nos défauts.
Saurons-nous maîtriser égo?

Vivre en tribu, réapprendre à partager,
Réapprendre à donner sans compter,
Faire de son mieux à chaque instant.
Vivre ensemble,
Pour que les moments difficiles deviennent magiques.

Vivre.

Redécouvrir la magie de la vie.
Redécouvrir l’harmonie.
Mettre nos émotions en musique.

L’art de vivre.

Marcher dans la forêt.
Retrouver le sens du mot sacré
Pour commencer à respecter,
Avec gratitude et humilité,
Cette planète sur laquelle nous nous sommes incarnés.

Marcher pour réapprendre à croire.
Marcher pour réapprendre à créer.

“Merci frères et soeurs de couleurs.”

Image tirée de Blables Proyecto Evolutivo





Marche ton rêve

30 11 2009

Pendant les mois de septembre et d’octobre, nous avons participé à une marche solidaire dans le Sud de la France, appelée “Marche ton rêve”. Nous sommes partis du Vigan, une petite ville dans les Cévennes pour nous rendre jusqu’à Saint-Julien de Peyrolas, un village d’Ardèche. Tout cela, en marchant, bien entendu.

Note au lecteur : Cette étape de notre voyage a été très puissante au niveau personnel. Nous avons essayé maintes et maintes fois de mettre en mots notre expérience avec les guerriers de l’arc en ciel, et ceci, en vain. Nous avons donc décidé de partager avec vous ces images, reflet de la magie de l’expérience que nous avons vécue. A travers les descriptions qui les accompagnent vous découvrirez “Marche ton rêve”.


Nous voyons ici l’arc-en-ciel en marche.
Les charettes se succèdent, chacune a sa place.
Les voitures qui nous dépassent ralentissent légèrement, 
avant de reprendre leur course contre le temps.
Parfois, nous croisons un sourire, un regard intrigué, un signe de la main,
ou un coup de klaxon amical qui nous encourage à continuer.

 

Une marche en couleurs

Nous avons marché avec les Guerriers de l’arc-en-ciel, des individus inspirés et inspirants qui ont choisi de vivre “le jeu de la couleur” au quotidien. Avec eux, tout est couleur. Ils vivent en communauté dans un village de cabanes construit de leurs mains. Chacun des membres choisit l’une des couleurs de l’arc-en-ciel, le blanc ou le noir. Ainsi, les vêtements qu’il porte, la cabane dans laquelle il vit et tous les objets qui s’y trouvent sont de cette couleur. Le “jeu de la couleur”, comme ils l’appellent, permet à chacun de rayonner une vibration unique et tous ensemble de reproduire l’arc-en-ciel, spectre des couleurs.

 

Marche ton rêve!

“Marche ton rêve” est un appel qui a été lancé par les Guerriers de l’arc-en-ciel. Il s’agit d’une marche de neuf semaines dont le but était de réunir des individus de tous horizons autour d’un idéal commun: créer des liens de solidarité. La marche nous permet d’être en mouvement, d’aérer nos pensées et de dynamiser notre corps. Elle nous permet d’avancer. Rappelons-nous que la marche est le moyen de locomotion naturel de l’être humain. En marchant on se donne le temps de vivre.

La base de cette expérience humaine est la solidarité. C’est le moteur de nos actions car il nous met en relation avec notre environnement, avec la Nature et avec nos semblables. Cette caravane colorée s’est donnée la mission de prêter main forte à des lieux de vie alternatifs, incarnant ainsi les principes de fraternité et d’unité et prouvant qu’il est possible de construire ensemble un monde à l’image humaine.

Les lieux de vie sont des endroits qui mettent de l’avant l’épanouissement de l’humain dans toutes ses dimensions.

 

Les étapes de la marche :

  • Début de la marche le 9 septembre 2009 : rassemblement au coeur du village du Vigan
  • Camping d’Isis : Quelques jours pour apprendre à se connaître
  • Communauté de la Celle: nous avons participé à la vie de la communauté et avons réparé la toiture de la maison, nettoyé l’enclos des chevaux et participé à la construction d’un nouveau bâtiment.
  • Jardin agricole : nous avons libéré plusieurs arbres prisonniers des lierres en plus d’enlever les mauvaises herbes qui avaient envahi le potager
  • Terrain ouvert de Fred et Christine : terrain d’une famille avec quatre enfants: nous avons principalement nettoyé la forêt
  • Terrain de l’ami du bois : l’ami du bois, comme on l’appelle, avait besoin d’un coup de mainpour rammasser du bois pour l’hiver et nettoyer la forêt
  • Village arc-en-ciel : une semaine de magie pour découvrir l’esprit du village et toute l’ingéniosité qui y a été déployée
  • <Marche intensive de six jours, soit 130 km
  • La forêt enchantiée : chantier festif pour bâtir un bassin d’eau, finir une maison, continuer avec la construction d’une serre et d’autres projets plus ponctuels
  • Nous avons quitté la marche lorsqu’elle était encore dans la forêt enchantiée

 

La communauté de la Celle

Sur cette photo, nous sommes au sein de la Communauté de La Celle. Il s’agit d’une maison ouverte que ses fondateurs ont qualifiée de “propriété de Dieu” afin qu’elle incarne le parfait contre-poids de la propriété privée. Ici, celui qui s’engage à respecter la vie de la communauté est le bienvenu et peut considérer cette maison comme sienne, peu importe son passé. Qu’il s’agisse d’arranger la toiture de la maison, de nettoyer l’enclos des chevaux ou de participer à la construction d’un nouveau bâtiment, c’est une énergie contagieuse, une énergie de groupe, qui nous pousse à nous dépasser. Tout semble fluide car chacun travaille autant avec son coeur qu’avec son corps. De plus, le fait d’oeuvrer tous ensemble nous permet d’apprendre à connaître, chaque jour un peu plus, les membres de la communauté.

L’arc-en-ciel arrive sur ce lieu et y déploie son énergie créatrice, ses couleurs et sa musique. Il reçoit aussi énormément. La communauté de La Celle est un exemple magnifique de solidarité. Pour parvenir à lui donner vie, ses fondateurs ont dû abandonner les notions de propriété privée, de profit et de jugement pour les remplacer par des valeurs d’ouverture, d’entraide, de partage, de compassion et d’amour. Ces valeurs sont les fondements de la vie en communauté. Pendant la marche, au fil des jours, un sentiment très fort d’appartenance se crée et les scènes d’entraide se multiplient. Chacun prend conscience qu’il contribue au bon fonctionnement de la vie du groupe. Ainsi, dans ce contexte, lorsqu’un membre de l’arc-en-ciel identifie une tâche à accomplir ou un dysfonctionnement, il prend l’initiative d’agir au lieu de fermer les yeux en espérant que quelqu’un d’autre s’en charge.

 

Un jeu de vie nomade

“Marche ton rêve” propose un jeu de vie nomade, avec l’autonomie et le concept de tribu comme bases de fonctionnement. Dans ce contexte, l’organisation matérielle devient un aspect très important. Les charettes portent toutes nos affaires personnelles et collectives et requièrent un entretien quotidien, puisqu’avant de prendre la route nous devons nous assurer que tout est en ordre. Cette photo montre la réparation de la roue de l’une des charettes. Chaque fois qu’un problème apparait, le groupe se mobilise pour trouver des solutions.

 

L’autonomie : créer par soi-même

Lors de notre séjour dans le village arc-en-ciel, plusieurs marcheurs ont pris l’initiative de se fabriquer eux-mêmes un sac de leur couleur. Cela a pu être réalisé grâce à l’aide d’une spécialiste de la machine à coudre et d’un arc-en-ciel de tissus. Ici, nous voyons un étui de scie musicale ainsi qu’un sac de voyage qui contient tout le nécessaire pour la marche, incluant le sac de couchage, élément indispensable puisque nous dormons souvent à la belle étoile. Quel bonheur de réapprendre à créer par soi-même! Voici un pas de plus sur le chemin de l’autonomie.

 

Une marche vers l’allégement

Lorsque nous nous déplaçions d’un lieu de vie à l’autre, nous parcourions parfois plusieurs dizaines de kilomètres tirant la charette de notre couleur à l’aide d’un harnais. Le poids de celle-ci devenait donc un élément extrêmement important. De ce fait, avant d’entreprendre notre grande marche de six jours consécutifs vers l’Ardèche, nous avons procédé à un cercle d’allégement. Il s’agit d’une réunion au cours de laquelle chacun a présenté ce qu’il amenait avec lui et ce qu’il laissait derrière. Bien entendu, tout le monde était invité à trier ses affaires pour n’amener que ce qui était nécessaire. Cet exercice nous a aussi permis de réévaluer notre rapport aux objets matériels et de pousser un peu plus loin le processus de détachement déjà enclenché.

 

La puissance du groupe

Nous avons passé quelques jours à enlever les ‘mauvaises herbes’ qui avaient envahi ce jardin agricole. Voici la tente berbère qui a servi d’abri à plusieurs d’entre nous. Le sol n’étant pas suffisamment plat pour nous permettre d’installer les structures habituelles que vous découvrirez par la suite, nous avons donc mis en place ce campement improvisé. Notre aide, matérialisée par le ‘râteau arc-en-ciel’, a permis de remettre le terrain en état pour la prochaine saison. Le râteau arc-en-ciel consiste à placer tout le groupe dans l’ordre des couleurs à une extrémité du potager et à avancer tous en même temps en enlevant les herbes. Même si exigeant physiquement, le fait de travailler en équipe est très encourageant car nous progressons à une vitesse remarquable. De façon symbolique l’efficacité du râteau s’applique à de nombreuses situations de la vie en communauté.

 

La vie avec la Nature

À seulement quelques mètres du campement coule une rivière magnifique dans laquelle nous avons pris un plaisir immense à nous baigner. En effet, les douches quotidiennes avaient été remplacées par des baignades en plein air. L’eau froide faisait disparaître la fatigue instantanément : )

 

Quand la vie nous sourit!

Sur le chemin, les signes de la vie sont toujours présent, il suffit d’ouvrir les yeux et de les recevoir. Un jour, nous avons aidé à rentrer du bois. Pendant près de trois heures, nous avons été les maillons d’une chaîne humaine arc-en-ciel. Nous avons découvert que le secret est de ne jamais arrêter d’avancer, dans un sens ou dans l’autre. La chaîne humaine s’équilibre d’elle-même. Lorsque tout le bois a été empilé, nous avons découvert que la vie nous réservait une surprise. Regardez attentivement la photo ci-dessus, voyez-vous les deux messages que la vie nous envoie?

 

Maisons nomades

Lorsque le terrain s’y prêtait et que nous arrivions sur un lieu avant la tombée de la nuit, sept personnes se chargaient de monter la structure que vous voyez plus haut. Il s’agit d’une structure biodynamique, appelée zome. Ce zome arc-en-ciel est un habitat collectif qui peut accueillir jusqu’à 15 personnes. Il a l’avantage de posséder un poêle à bois, très apprécié lorsque la température diminue.

D’autres structures ont aussi été déployées. La photo suivante nous montre les ‘dames’. Ce sont des structrures en forme de dôme. Les lattes qui soutiennent les toiles sont aussi celles qui nous servaient à tirer les charettes. Grâce à l’ingéniosité tout est possible, tout ce que l’on imagine peut se concrétiser.

 

Tu es ce que tu manges

“Marche ton rêve” est une marche sans animaux domestiques et végétalienne, ce qui signifie que nous n’avons consommé aucun produit animal. Pour plusieurs, ce fut une première expérience, qui s’est révélée très positive.

Nous avions avec nous une table arc-en-ciel. Lorsque nous arrivions sur un lieu nous l’installions et y déposions des fruits. Grâce au contexte nomade, lorsque nous marchions sur les routes de campagne, la nature nous réservait souvent des surprises. Il y en avait pour tous les goûts: figues (fraîches ou séchées par le soleil directement sur l’arbre), raisin sauvage, pommes, arbouses, thym, châtaignes, noix de grenoble, amandes, noisettes. Les plus aventuriers pouvaient à l’occasion ramasser les délicieuses figues de barbarie, bien protégées par leurs épines.

En plus de ce que la nature nous offrait généreusement, une fois par semaine, nous allions sur les marchés (voir photo ci-dessous) où nous aidions plusieurs producteurs à ranger leur kiosque. Pour nous remercier, ceux-ci nous offraient des fruits, des légumes, des herbes aromatiques et parfois d’autres produits surprises. Nous récupérions aussi les invendus qui devaient être consommés rapidement. Dès notre retour, nous mettions de côté les aliments qui devaient être mangés le jour même ou le lendemain. Les personnes qui faisaient partie de l’équipe cuisine faisaient alors preuve d’imagination pour concocter un délicieux repas.

 

L’art de vivre

En fonction de la “récolte”, nous nous procurions ce qu’il nous manquait  dans un magasin d’aliments naturels, il pouvait s’agir de céréales, de féculents, d’huile d’olive, de sauce soya, etc. L’argent nécessaire pour ces achats était obtenu par l’intermédiaire du chapeau magique qui nous accompagnait lors des spectacles de rue, comme vous pouvez le voir sur la photo suivante.

L’art est très présent dans la vie des guerriers de l’arc-en-ciel. Il s’agit d’un moyen privilégié de transmettre des messages, des valeurs, des émotions et de partager des moments magiques. Explorer la danse, la musique, l’écriture, la couture, la création de prototypes de toutes sortes, sont autant de façons de vivre l’art au quotidien.

Voici la charette noire et blanche. Pendant la première partie de la marche, elle a servi à transporter les instruments de musique et autres instruments de spectacle. Ceux-ci était facilement accessibles, ce qui permettait à l’art de se manifester le moment venu. Pendant le dernier mois de “Marche ton rêve”, qui a été une période de marche intensive jusqu’en Ardèche, cette charette est devenue la “charette enfants”. En effet, la tribu comptait à ce moment-là une famille avec trois enfants et cette installation leur permettait de se reposer de temps en temps, en plus d’être protégés de la pluie, du vent et du froid.

 

Un chantier festif

En six jours de marche, nous avons parcouru environ 130 km pour participer à un “chantier festif”. Apparemment assez répandus dans la France solidaire, les chantiers festifs permettent de mobiliser famille, proches et amis afin d’unir les forces pour réaliser des projets donnés.
Celui auquel nous avons participé s’appelait “La forêt enchantiée” et durait deux semaines. Sur la photo ci-dessous, vous pouvez voir une magnifique maison écologique. Tous les matériaux utilisés lors de sa construction sont des matériaux naturels provenant du terrain ou des matériaux de récupération. La construction de cette jolie maison de lutins a coûté seulement 70 euros! Cet argent a été dépensé pour acheter la chaux qui a été mise sur le mélange de terre qui constitue les murs. Cette maison était déjà là à notre arrivée mais nous avons repris la même technique afin de bâtir la salle de bains d’un autre bâtiment.

Sur la prochaine photo, vous pouvez voir la préparation de la terre qui a servi à construire les murs. Nous avons creusé, la terre était argileuse, nous y avons rajouté de l’eau ainsi qu’un mélange de farine périmée offerte par les propriétaires d’un moulin voisin. Le mélange obtenu a été versé dans des coffrages qui seraient enlevés quelques mois plus tard, lorsque l’argile aurait complètement séché.

La photo ci-dessous montre une construction réalisée un an plus tôt lors d’un chantier similaire. Il s’agit d’une structure tressée à la manière d’un panier géant. Cette fois, nous avons participé au tressage des murs avec des branchages ramassés sur le terrain. Une fois terminée, cette éco-construction pourra entre autres servir de lieu de rassemblement pour y donner toutes sortes d’ateliers.

Sur la droite de la photo qui précède, vous pouvez voir le tressage qui a commencé.

 

Au revoir…

Nous avons quitté les Guerriers de l’arc-en-ciel avant la fin de “La forêt enchantiée” puisque notre départ pour la Colombie était imminent. C’est avec beaucoup d’émotion que nous avons continué notre chemin de notre côté. Heureusement, l’aventure ne s’est pas vraiment terminée puisque nous continuons à marcher notre rêve tout en cherchant l’arc-en-ciel. 

 

Allez plus loin!

Pour voir des vidéos de la marche visiter : www.dailymotion.com/video/xbflap_marche-ton-reve-ii_creation

Pour voir d’autres photos de la marche : http://www.lamarcheduvivant.org/spip.php?article392

Pour plus d’informations sur les Guerriers de l’arc-en-ciel, consulter le http://www.lamarcheduvivant.org

Pour écouter des chansons créées par les Guerriers de l’arc-en-ciel : www.lamarcheduvivant.org/spip.php?article330